• Chapitre 8: Une amitié possible?

    J'ai passé le restant de la journée a la bibliothèque. Je suis même tombé endormi dedans. Heureusement pour moi le concierge m'as porté dans mon lit mais je me suis réveillé avec un mal de crâne pas possible.

    -Ouïe... ma tête...

    -Alors on se réveille enfin? disait une voix que je n'ai pas reconnue tout de suite.

    -Qui c'est qui me cause?

    -Et ben alors? on reconnaît pas la voix de son vieux pote?

    -Hein?

    Je me suis retourné et c'était Chris. Je ne sais pas pourquoi je ne l'avais pas reconnu.

    -Ah salut Chris.

    -Ouais c'est ça salut Mossieur qui ne reconnaît pas ses potes.

    -Oh ça va hein j'ai un peu mal dormi c'est pas ma faute ok?

    -Toujours des excuses... Disait-t-il en soupirant.

    -Oh ça va hein!

    Comme il ne répondait pas, je décidais de me lever de mon lit, et je filais à la salle de bain pour changer mes vêtements et me rafraîchir un peu.

    -Faut que je me fasse bien, pour cocotte.

    Alors que j'étais en train de me coiffer, j'entendais Théo qui m'appelais.

    -Quoi?

    -T'as du courrier.

    - Évidement pour une fois que je me coiffe (oui j'ai la chance d'avoir des cheveux qui n'ont pas besoin d'être coiffé va savoir pourquoi.)

    Mais bon je descendais en râlant comme d'habitude, et  demandais a Théo ou il avait fourré la lettre.

    -Je l'ai mise dans ta chambre.

    -Ça valait bien la peine de me faire descendre!

    Je remontais et prenais la lettre. Lorsque je vis que c'était la cocotte je l''ouvrais directement et la lisais:

    Salut Vassago

    J'ai un petit problème... Mon père veut pas que je sorte aujourd'hui... Ne me demande pas la raison, j'en sais strictement rien!

    Mais si par bonheur, tu pourrais venir dans ma chambre, comme je l'ai faits avec toi, ce s'rai sympa!

    Merci d'avance

    Liz

    -Hmpf... je lui dois bien ça. Je ne peux pas refuser.

    Je décidais donc de lui envoyer ma réponse:

    Yo cocotte.

    Ouaip je comprends ça les problèmes avec les parents généralement ça embête pas mal...

    Enfin bon je viendrai. Je te dois bien ça après tout étant donné que je t'ai demandé de venir dans ma chambre en enfer. Dès que cette lettre s'ra envoyée, je filerai au paradis direct.

    Allez, a toute

    Vass.

    Une fois le faucon envoyé, je disais à mon père que je partais au gobelin hurleur et partis.

    -Hors de question de dire que je vais au paradis, il me tuerait. D'ailleurs, j'espère ne pas tomber sur Frida.

    Mais heureusement pour moi je ne l'ai pas croisée. Le chemin jusqu'au paradis c'est passer sans encombre.  Je m'arrêtais devant les portes du paradis et me disais:

    -Dis donc. Je ne pensais pas que ça ressemblait à ça, le paradis.

    Je n'ai même pas eu le temps d'ajouter un autre mot que deux paires de mains me couvrirent les yeux et la bouche. 

    Une fois qu'elles étaient enlevées, je me suis retrouvé dans une chambre, avec ma cocotte qui me regardais.

    -Ça va?

    -Ça aurait pu aller mieux, si j'aurais pas eu ce chaleureux accueil.

    -Désoler .. Et mais je te ferais signaler que tu m'as accueilli de la même façon!

    -Oh ça va hein! Disais-je, en me relevant.

    Une fois debout, elle se jeta dans mes bras. Je fus étonné de sa légèreté, je la pensais plus lourde.

    -Alors... c'est une tradition chez les anges?

    -Tradition de quoi?

    -Bah... de se jeter dans les bras des démons tient.

    -Ah? heu non... c'est juste une chose que je fais avec les personnes que j'apprécie.

    Je fus assez étonné de sa réponse.

    Je pense que des liens commencent entre nous deux.

     

    « chapitre 7: Visite chez mon oncleChapitre 9: La vision »

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :