• Chapitre 45: Aperçu des coutumes des enfers

    J'étais en train de partir, lorsque j'ai entendu du bruit. Je suis retourné voir au cas où, et le dragon noir ouvrait les yeux.

    Je suis resté et on c'est regarder tous les deux pendant un moment. J'ai finalement avancé ma main et il a avancé son museau. Il finit par me lécher la main.

    C'était une sensation assez bizarre... Sa langue était rugueuse mais c'était quand même agréable. Je me suis assis sur mon lit et le dragon posa sa tête et ses pattes de devant sur mes jambes.

    Je caressais sa tête et finis par m'endormir. Je me suis fait réveiller par une odeur bizarre... Je reniflais mais je n'arrivais pas à reconnaître l'odeur.

    J'ai ouvert les yeux et je vis que mes vêtements étaient mouillés. Je me suis lever en écartant les bras et les jambes.

    J'entendais un rire étouffer. Théo était caché derrière ma porte avec un seau vide. Il restait un œil de troll dans le seau.

    -Alors toi...

    Je fonçais sur lui et l'attrapais, puis je le balançais à l'endroit où on se débarrasse du jus de troll périmé.

    Mais il m'a attrapé au dernier moment, m'entraînant avec lui dans sa chute.

    -THEO BORDEL

    -J'ai pas dit mon dernier mot!

    Je ne sais pas comment, mais il réussit à aller sur mon dos, et il plongea ma tête en plein dedans.  Pendant qu'il était en train de rire, je me suis retourné pour le faire tomber et j'ai également plongé sa tête dans le jus de troll.

    -Vengeance! Mouhahahaha!

    -Purée Vass tu vas me le payer!

    -Tu me diras combien je te dois alors.

    Il tapa sa main sur son front. J'en profitais pour lui balancer du jus en pleine poire. Mais la riposte ne se fis pas attendre et ça a terminé en bataille.

    Mais bien évidemment, un garde nous annonça la venue de Frida. C'est bizarre je m'y attendais un peu.

    Je balançais une dernière fois du jus sur Théo et dis au garde de faire attendre Frida pendant que j'allais prendre une douche. J'étais en train de me doucher, lorsqu'on essaya d'ouvrir la porte.

    -C'est occuper déjà!

    Mais ça insistait. Je coupais l'eau, mis une serviette autour de ma taille et ouvris. Quelque chose de noir fonça sur moi et me fis tomber. Avant que je ne puisse réagir, je fus accueilli par des léchouilles au visage.

    J'ouvrais les yeux, et remarquais mon dragon noir. Je le caressais sur la tête. 

    Il émit un cri et mes deux autres dragons arrivèrent et se frottaient à moi.

    -Arrêtez les gars je suis chatouilleur!

    Mais bien entendu ils continuèrent, deux d'entre eux s'en prirent même à mes pieds. Bien entendu, Ken et Théo étaient trop occupés de rire de moi pour m'aider.

    Heureusement, des gardes ont écarté les dragons et j'ai pu me relever. Mes pieds étaient glissants à cause de la bave, mais je réussis quand même à aller dans ma chambre pour me changer.

    J'allais mettre le reste de mes vêtements, mais je remarquais quelque chose sur mon lit. Je regardais plus attentivement et je remarquais que c'était une photo que j'avais faite avec Liz, Chris, Théo et Ken.

    Je souriais et je l'accrochais à mon mur en face de mon lit. Pendant ce temps, on ouvrait la porte. Je me suis retourné et Frida était là, rougissante.

    -Oh pardon! je pensais que tu serais habillé.

    -Pas de soucis, j'ai l'habitude.

    Elle se retourna puis continua.

    -L'habitude?

    -Il faut dire que Liz avait l'habitude de débarquer quand j'étais torse nu. Mais à chaque fois elle me narguait et me disait que je prenais du mou, que mon torse était plus musclé d'habitude.

    -Et que lui répondais-tu?

    -Je lui répondais d'aller se faire voir, et je rigolais avec elle. Tu peux te retourner je suis habillé.

    Elle se retourna et me dis :

    -Je vais t'attendre a la salle du trône.

    -Ok, pas de soucis.

    Je la laissais partir la première, puis je la suivis et fermai ma porte.

    Elle à attendu que je m'installe sur le trône, et me parlai.

    -Tiens-j'y pense, tu n'as pas de couronne à porter ou autre chose?

    -Non. Enfin si. Normalement on doit se faire graver au fer rouge le pentagramme sur le bras.

    -Et pourquoi ne l'as tu pas encore?

    -Les prêtres ne voulaient pas, mais j'ai insisté et ils ont bien voulu a une seule condition.

    -Laquelle?

    -Je ne dois pas crier. Tient voila les prêtres.

    Pendant que les prêtres arrivaient, je me remettais torse nu, avançais au milieu de la salle, puis me mis à genoux avec la tête baissée.

    Le plus vieux des prêtres prépara le fer rouge, et me demanda:

    -Est tu prêt?

    Je serrais les poings, et répondu

    -Oui... Je suis prêt.

    Il y a eu un silence, et il planta le fer rouge dans mon bras. Je retins mon cri avec difficulté. La douleur était tellement forte que je laissais échapper quelques larmes. Je les comptais. Six au total.

    Les quelques secondes ou le prêtre à laisser le fer rouge sur mon bras semblaient interminables. Lorsqu'il le retira, je décrispais ma mâchoire et me relevais.

    Les prêtres s'abaissèrent et partirent. Frida voulut utiliser un soin sur mon bras mais je la repoussais.

    -Ça ira merci. Maintenant si tu veux bien patienter, j'ai à faire.

    Je la laissais dans la salle du trône et prit un couteau. J'allais devant la tombe de Chris, je me mettais à genoux et je me plantais le couteau. trois plaies sur chaque bras. Trois plaies pour les six larmes.

    Ken qui passait par là, courra vers moi et me releva.

    -Vass! Mais t'a foutu quoi?!

    -Je me suis infliger mon châtiment. 

    Il ne répondait pas. Je le poussais, et allais dans la salle du trône.

    Frida me regarda avec un air grave. Je l'ignorais et j'allais m'installer sur le trône. Elle allait s'en aller lorsque je lui dis

    -Au fait, Liz ne me reconnaît plus, je ne sais pas pourquoi.

    Elle ne bougea plus l'espace d'un instant, mais elle continua d'avancer la tête baissée. Suite à ça, je quittais la salle du trône et j'allais où Marie logeait avec Alexis et son autre enfant.

    Je frappais à la porte et attendis. Alexis ouvrit la porte, se précipita sur moi pour me faire un câlin, et il remarqua le sang qui coulait de mes bras.

    -Mais... Vous avez faits quoi?

    -Je n'ai pas respecté une promesse que j'ai faits à un ami alors je me suis puni en gros.

    -Tient bonjour mon roi... Wow il c'est passer quoi avec vos bras?

    -Il n'a pas respecté une promesse alors il s'est puni maman!

    Marie me regarda avec un air grave, et me tira sur les bras pour essayer de me faire entrer.

    -Il faut vous soigner! Entrez!

    -Non merci Marie, je ne veux pas être soigné.

    Alexis me poussa également. Il continua:

    -Allez m'sieur! J'ai toujours voulu voir vos ailes!

    -Hmrf. Bon si vous insistez.

    J'entrais, et ils me firent m'installer sur un canapé, pendant que Marie alla chercher des soins.

    Alexis se colla littéralement à moi. Je fus assez surpris à vrai dire. Personne ne me collait avant. On me fuyait plutôt.

    -Je peux voir vos ailes monsieur?

    -Oh! Oui bien sûr.

    Je déployait mes ailes. Alexis les caressait avec douceur. Pendant ce temps, Marie arrivait avec différentes herbes.

    -Alexis! Laisse donc tranquille le roi!

    -Laissez le Marie, ça ne me dérange pas.

    -Mais...

    -Laissez-le je vous dis.

    -Bon si vous voulez. Faites attention le mélange est très efficace mais ça risque de piquer un peu.

    -Vous inquiétez pas, j'ai une peau de crocodile et puis quand on est marqué au fer rouge je ne pense pas qu'on puisse trouver pire douleur.

    -Quoi?!

    -Oui c'est une coutume ici. Quand on est roi on doit le marquer au fer rouge.

    Elle resta avec le chiffon suspendu dans sa main. Elle le remit dans un flacon et partit dans une autre pièce.

    -J'ai dit quelque chose de mal?

    -Elle n'est pas habituée ne vous inquiétez pas.

    -Si tu le dis. Au fait, ton entraînement commencera demain si tu le veux.

    -Oh oui alors!

    -Bien. Alors a demain.

    Je saluais de la main l'autre enfant de Marie et partais. Ceci fait, je regardait l'intérieur de mes bras, et vis qu'ils saignèrent encore.

    Mais peut m'importait. Je récupérerais le sang qui continuera de couler, je le mettrais en bouteille et je le laisserais à côté de la tombe de Chris.

    Je sais, nos coutumes peuvent vous sembler étranges, mais voilà.

    Bienvenue en enfer.

     

    « Chapitre 44: Une rencontre peu banaleChapitre 46: Début de l'entraînement »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :